Identification




L'adhésion

Tout savoir pour
au Biscani-Club
 

 

Formations

 
Comparaison des techniques d'apprentissage du Assis et du Couché :
 
La technique du Renforcement du Assis et du Couché Spontanés est indiscutablement la technique de départ lorsqu'on a la chance d'avoir un chiot. Nous ne la comparerons donc pas aux deux autres. Mais cette technique devra être suivie d'une des deux autres si elle ne suffit pas à obtenir le résultat complet et définitif, ce qui est généralement le cas sauf pour des sujets très doués (chien et maîtres ...). Il faudra donc choisir entre les deux autres techniques.
 
L’expérience de nombreuses années d’éducation canine sur des races de chiens très diverses, d’âges très  différents, avec des maîtres de tous âges, de tous niveaux et de toutes aptitudes nous a montré que l’apprentissage du Assis et du Couché initiaux à la croquette, s’ils sont parfois incontournables dans certains cas, présentent de graves inconvénients tant dans la mise en pratique que dans la qualité des résultats obtenus.

 

Pour le Assis "à la croquette" :

 

1. Il faut pouvoir venir se placer face au chien debout sans qu’il ne bouge, ce qui est difficile à obtenir d’un débutant.
 

2. Pour réaliser ce mouvement, il faut maîtriser le « Pas bouger », ce qui n’est pas une priorité pour un chien débutant et sature ses capacités d’assimilation. Comme c’est difficile, c’est une source de conflits inutiles entre le maître et le chien qui risquent d’empêcher la progression.

 

Pour le Couché "à la croquette" :

 

1. Très fréquemment, le chien se couche de travers à partir de la position au pied. Ce défaut provient du fait qu’il est très difficile, voire impossible avec un grand chien de présenter la croquette dans l’axe du chien assis au pied pour éviter qu’il ne se couche en biais, voire sur les pieds du maître.

 

2. Cette condition ne peut pas être remplie avec un chien de grande taille pour lui faire exécuter un Couché à partir de la position au pied et il faut alors adopter une autre configuration ce qui retarde l’apprentissage du Couché au pied.

 

Dans ces deux apprentissages  :

 

1. On utilise comme stimulus (déclencheur) non pas un signal (un ordre) mais une récompense laquelle doit être réservée au renforcement (voir « conditionnement opérant ») du résultat obtenu (et de sa conservation pendant quelques secondes puis une durée de plus en plus grande).

 

2. Il y a donc  très souvent chez les maîtres inexpérimentés un risque important de confusion, si la distribution de croquette n’est pas faite avec un geste qui sert de déclencheur bien identifié pour obtenir soit le Assis, soit le Couché sans mélange des signaux.

 

3. Cas moins fréquent mais rencontré chez les plus avancés, il y a aussi risque d’anticipation dès que le chien aperçoit la récompense dans la main du maître, le chien choisissant une des positions sans attendre l’ordre.

 

4. La poursuite d’une récompense alimentaire  crée très fréquemment un phénomène d’addiction, le chien ne se mobilisant plus que pour l’obtention de la récompense.

 

5. Inversement, une distribution trop fréquente de récompense crée parfois un désintérêt pour la récompense elle-même.

 

6. Aucun n’assoit l’autorité du maître mais aboutit en quelque sorte à une  opération de « Donnant-donnant ». Le chien ne fait pas l’apprentissage de la soumission ni du plaisir de l’obéissance mais celui de la convoitise.

 

7. Le maître n’a fait l’apprentissage d’aucune maîtrise de ses gestes, ceux mis en œuvre étant d’une grande banalité. Il en ressort qu’il conserve quasiment toujours le défaut de répéter ses ordres sans s’en rendre compte le plus souvent.

 
On réservera donc ces techniques d’apprentissage « à la croquette » pour débloquer ponctuellement des situations qui ne pourraient pas l’être avec d’autres méthodes. On les utilisera intelligemment pour d’autres apprentissages dans un cadre bien précis. Un usage intensif et répété de ces techniques est un usage exagéré qui conduit à de graves défauts difficiles à faire disparaître.
 
                                                     
En revanche, les techniques du Assis et du Couché "accompagnés" présentent de nombreux avantages sans  inconvénients majeurs :
 

1. Le travail est conduit à partir de la position au pied qui est un des tous premiers exercices pratiqués. Il s’inscrit dans la logique d’une progression où le chien reçoit petit à petit des repères, apprend des ordres.

 

2. Il est  fait appel bien distinctement à l’utilisation d’un stimulus (déclencheur) et d’un renforçateur (la récompense), sans mélange des deux donc sans risque de confusion, ni d’anticipation, ni d’addiction, ni de désappétence pour la récompense et de désintérêt pour le travail.

 

3. On utilise des techniques naturelles (utilisation de réaction réflexe ou apprise de la mère), sans exercice de contrainte.

 

4. L’occasion est donnée au maître d’assoir sa supériorité hiérarchique par la domination physique (position et attitude dominante) tout en conservant une grande proximité avec son chien.

 

5. L’accent est mis sur des procédés bien précis, ce qui incite le maître a une plus grande rigueur gestuelle et verbale dans sa façon de les appliquer et plus généralement dans sa façon de conduire tous les apprentissages qui suivront.

 

6. Le refus d’exécution au premier ordre est présenté progressivement comme étant impossible puisque l’accompagnement conduit immanquablement à l’exécution sans nervosité ni violence. L’obéissance doit devenir une situation normale, non-conflictuelle, source de bien-être pour l’équipe.

 

7. Cette technique ne peut pas engendrer les défauts reprochés à la méthode de la croquette même si on en fait un usage fréquent.

 

8. L’utilisation de la technique de la croquette pour débloquer ponctuellement une situation est toujours possible.

 
 
Toutes ces raisons font que nous recommandons l’apprentissage du Assis et du Couché "accompagnés" en conservant à la récompense le rôle qui est le sien : celui de renforçateur.
 
 
 

Recherche